Archives par étiquette : Plutarque

Archimède : Pour l’éternité

Article et vidéo initialement publiés sur  La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

La plus grande fierté d’Archimède est d’avoir pu inscrire la sphère dans le cylindre au point qu’il demanda à ce que son tombeau en fût orné. Cicéron nous le raconte et Plutarque nous rappelle tout le génie du mathématicien.

Voici le récit complet que fait Cicéron de sa redécouverte du tombeau d’Archimède, comme cela a été abordé dans l’épisode n°21 d’Arithm’Antique :

Du reste, à l’époque où j’étais questeur, c’est moi qui ai découvert son tombeau, dont les Syracusains ignoraient et même niaient l’existence. Un fouillis de ronces et de buissons l’entourait et le masquait de toutes parts. Il faut dire que je connaissais certains petits sénaires, lesquels, d’après une tradition, auraient été gravés sur le monument : il y était dit clairement que, au sommet du tombeau, on avait placé une sphère avec un cylindre. Un jour donc que je fouillais du regard tout le terrain situé aux abords de la porte d’Agrigente, car il y a là une multitude de tombeaux, voilà que mes yeux tombent sur une petite colonne qui émergeait à peine des buissons : elle était surmontée d’une sphère et d’un cylindre. Tout de suite je dis aux Syracusains c’étaient les notables qui m’accompagnaient que ce devait être justement ce que je cherchais. On envoie là nombre de gens armés de faux pour nettoyer et dégager l’emplacement ; puis, quand on eut frayé un passage, nous nous dirigeâmes vers la face antérieure du piédestal. L’inscription y était reconnaissable, bien que le temps eût mangé l’extrémité des vers dont il ne subsistait guère que la moitié. Ainsi la cité de la Grèce la plus célèbre et même à un moment la plus savante aurait ignoré le monument du plus génial de ses fils, si un enfant d’Arpinum ne le lui avait fait connaître.

Tusculanes, V, 23

Archimède : Dans le port de Syracuse

Article et vidéo initialement publiés sur  La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Voici une nouvelle aventure d’Archimède, cette fois-ci dans le port de Syracuse où il déplace à lui seul un énorme navire pour donner tort à la théorie aristotélicienne de la dynamique.

Aristote s’est longuement penché sur la question du mouvement et de la capacité à déplacer un objet. Il considérait que si la force appliquée à l’objet était inférieure à un certain seuil, alors l’objet ne pouvait être mu.

Cette proposition a été en réfutée par une expérience éblouissante d’Archimède dans le port de Syracuse qui a ainsi pu vérifier empiriquement le théorème de mécanique rationnelle. Pour que l’expérience close définitivement le débat, il prend le même exemple qu’Aristote utilisait dans son élaboration théorique, à la manière de ce que faisait régulièrement le même Aristote pour contrer les exemples de Platon.

Voici l’intégralité du récit qu’en fait Plutarque et dont quelques éléments ont été racontés dans la vidéo ci-dessus :

« Pour en revenir à Archimède, il avait écrit au roi Hiéron, son parent et son ami, qu’avec une force donnée il est possible de remuer un poids donné, et l’on dit que, tout fier de la vigueur de sa démonstration, il déclara que, s’il avait une autre terre à sa disposition, il pourrait soulever celle-ci, une fois passé sur l’autre. Hiéron, émerveillé, le pria de mettre sa théorie en application et de lui montrer une grande masse mise en mouvement par une petite force. Alors il fit tirer à terre, au prix de grands efforts d’une nombreuse main-d’œuvre, un navire de transport à trois mâts de la marine royale ; il y fit monter un grand nombre d’hommes, en plus de la cargaison habituelle, et, assis à distance, sans peine, d’un geste tranquille de la main, il actionna une machine à plusieurs poulies, de façon à ramener vers lui le navire en le faisant lisser sans à-coups, comme s’il courait sur la mer. Le roi, stupéfait et comprenant la puissance de la science, engagea Archimède à construire en vue de toute espèce de siège des machines, soit pour la défense, soit pour l’attaque. Hiéron ne s’en servit pas lui-même, puisqu’il passa la plus grande partie de sa vie sans guerre et dans les fêtes. Mais ces machines se trouvèrent prêtes pour les Syracusains quand ils en eurent besoin, au moment dont je parle, et avec ces machines l’inventeur lui-même. »

Plutarque, Vie de Marcellus, 14