Pythagore : tout est nombre

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Vous avez peut-être déjà entendu l’expression selon laquelle « tout est nombre » voire « le monde est mathématique ». Tout cela vient en réalité de Pythagore, mais d’une façon quelque peu dévoyée.

Pour Pythagore, le monde peut s’expliquer par des nombres entiers et leurs rapports (ce que l’on appelle aujourd’hui les fractions). C’est donc un immense coup de tonnerre lorsque quelqu’un découvre l’irrationalité de racine de deux : la diagonale du carré n’est pas commensurable avec son côté. Jamblique raconte que les pythagoriciens n’étaient pas tendres avec ceux qui s’écartaient de la doctrine officielle :

Certains disent que la divinité s’est vengée de ceux qui ont divulgué les enseignements de Pythagore : c’est ainsi que celui qui avait révélé la construction de la figure à vingt angles périt en mer, pour avoir commis un acte d’impiété (cette construction revenait à inscrire un dodécaèdre, l’un de ce que l’on appelle les solides parfaits, dans une sphère). Certains ont dit que celui[1] aussi qui avait révélé ce qui concerne l’irrationalité et l’incommensurabilité a subi le même sort.

Vie de Pythagore, 247


[1]. Il s’agirait d’Hippase de Métaponte.


Antoine Houlou-Garcia

Antoine Houlou-Garcia, a publié Métamorphoses de la poésie (La Cheminante, 2013) et Le monde est-il mathématique ? (Honoré Champion, 2015). Pour La vie des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres, il écrit, présente et réalise la chronique vidéo Arithm’Antique, qui lie mathématiques et antiquité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.