Héron et la fontaine aux oiseaux

Héron d’Alexandrie a une imagination débordante : non content de construire des fontaines, il les agrémente de petits oiseaux qui semblent chanter à mesure que la fontaine s’écoule, le tout grâce à sa maîtrise de la pression de l’air.

En plus de faire chanter des oiseaux, Héron d’Alexandrie décide d’ajouter un petit hibou qui tourne ; en voici l’explication :

Soit A le jet d’une petite fontaine qui coule constamment ; on place au-dessous une caisse ΒΓΔΕ bien étanche munie d’un diabète à cloche HZ ou d’un siphon recourbé et dans laquelle est inséré un entonnoir ΘΚ dont le tube va presque jusqu’au fond de manière à ne laisser que le passage de l’eau; cet entonnoir doit être pourvu de plusieurs petits tuyaux semblables à ceux que nous avons décrits ci-dessus, tels que Λ. Il arrivera que, tandis que la caisse ΒΓΔΕ se remplit d’eau, l’air expulsé par les tuyaux imite ra le chant des oiseaux ; mais, quand la caisse sera pleine et que l’eau s’écoulera par le siphon HZ, les oiseaux ne chanteront plus.

Nous allons décrire maintenant les dispositions employées pour faire tourner le hibou tantôt du côté des oiseaux tantôt du côté opposé, ainsi que nous l’avons annoncé plus haut. Soit ΝΞ un axe tourné, fixé sur une base M et sur lequel est ajusté un tube ΟΠ, de manière à pouvoir tourner librement autour de cet axe ; à l’extrémité supérieure de ce tube est adapté un petit disque ΡΣ sur lequel le hibou est solidement fixé. Autour du tube sont deux chaînes ΤΥ et ΦΧ enroulées en sens contraire et qui passent sur deux poulies. A l’extrémité de ΤΥ est suspendu un poids Ψ ; l’extrémité de ΦΧ est attachée à un vase vide Ω placé au-dessous du siphon ou du diabète à cloche ZH.

On voit que, quand la caisse ΒΓΔΕ se vide, le liquide tombe dans le vase Ω, le tube on tourne ainsi que le hibou qui regarde alors les oiseaux. Mais, lorsque la caisse ΒΓΔΕ est vide, Le vase Ω se vide aussi à l’aide d’un siphon ou d’un diabète à cloche qu’il contient ; le poids Ψ, reprenant alors le dessus, fait retourner le hibou, juste au moment où, la caisse ΒΓΔΕ se remplissant de nouveau, le chant des oiseaux recommence à se faire entendre.

Héron, Pneumatiques, I, IX



Citer ce billet
Antoine Houlou-Garcia (2020, 29 octobre). Héron et la fontaine aux oiseaux. Mathématiques et Antiquité. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rak7

Antoine Houlou-Garcia

Antoine Houlou-Garcia, a publié divers ouvrages dont Le théorème d'hypocrite (Albin Michel, 2020, coécrit avec Thierry Maugenest), Vous aimez les maths sans le savoir (Belin, 2020) et Mathematikos (Les Belles Lettres, 2019, prix Tangente du Livre). Pour La vie des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres, il écrit, présente et réalise la chronique vidéo Arithm’Antique, autour des mathématiques de l'Antiquité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search