Lewis Carroll et le « No Election » – Maths et Politique n° 10

Charles Lutwidge Dodgson, plus connu sous son nom de plus Lewis Carroll, retrouve les résultats de Borda et Condorcet de façon indépendante. Il s’intéresse au problème électoral à l’occasion d’un vote au sein de l’Université de Christchurch où il s’oppose au doyen Liddell, coauteur d’un dictionnaire grec qui fait autorité encore aujourd’hui, et père d’Alice Liddell, dont Lewis Carroll s’est inspiré pour Alice au pays des merveilles. Il rédige trois pamphlets dans lesquels il aboutit à l’idée que si des cycles majoritaires apparaissent, alors la meilleure solution est de redélibérer. Et si les cycles ne disparaissent pas suite à un nouveau vote, alors le mieux est « No Election » : pas d’élection. Sa perspective délibérative et non pas uniquement procédurale en fait un auteur original de l’analyse mathématique du vote.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Antoine Houlou-Garcia (6 septembre 2022). Lewis Carroll et le « No Election » – Maths et Politique n° 10. Mathématiques et Antiquité. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/raki


Antoine Houlou-Garcia

Antoine Houlou-Garcia, a publié divers ouvrages dont Le théorème d'hypocrite (Albin Michel, 2020, coécrit avec Thierry Maugenest), Vous aimez les maths sans le savoir (Belin, 2020) et Mathematikos (Les Belles Lettres, 2019, prix Tangente du Livre). Pour La vie des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres, il écrit, présente et réalise la chronique vidéo Arithm’Antique, autour des mathématiques de l'Antiquité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search