Archives de l’auteur : Antoine Houlou-Garcia

À propos Antoine Houlou-Garcia

Antoine Houlou-Garcia, a publié Métamorphoses de la poésie (La Cheminante, 2013) et Le monde est-il mathématique ? (Honoré Champion, 2015). Pour La vie des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres, il écrit, présente et réalise la chronique vidéo Arithm’Antique, qui lie mathématiques et antiquité.

Le code secret de César (mais pas seulement)

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Dans ce deuxième épisode sur les codes secrets mathématiques de l’Antiquité, Antoine Houlou-Garcia vous présente la scytale de Lysandre racontée par Plutarque et le code secret de Jules César raconté par Suétone.

Voici le passage de Plutarque qui explique le fonctionnement de la scytale :

Quand un général part pour une expédition de terre ou de mer, les éphores prennent deux bâtons ronds, d’une longueur et d’une grandeur si parfaitement égales, qu’ils s’appliquent l’un à l’autre sans laisser entre eux le moindre vide. Ils gardent l’un de ces bâtons, et donnent l’autre au général; ils appellent ces bâtons scytales. Lorsqu’ils ont quelque secret important à faire passer au général, ils prennent une bande de parchemin, longue et étroite comme une courroie, la roulent autour de la scytale qu’ils ont gardée, sans y laisser le moindre intervalle, en sorte que la surface du bâton est entièrement couverte. Ils écrivent ce qu’ils veulent sur cette bande ainsi roulée, après quoi ils la déroulent, et l’envoient au général sans le bâton. Quand celui-ci la reçoit, il ne peut rien lire, parce que les mots, tous séparés et épars, ne forment aucune suite. Il prend donc la scytale qu’il a emportée, et roule autour la bande de parchemin, dont les différents tours, se trouvant alors réunis, remettent les mots dans l’ordre où ils ont été écrits, et présentent toute la suite de la lettre.

Vie de Lysandre, XXIII

Le code secret de Polybe


Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Les codes secrets existaient déjà dans l’Antiquité. Antoine Houlou-Garcia vous raconte comment l’historien grec Polybe en a inventé un terriblement efficace !

En complément de la vidéo sur le code secret de Polybe, voici le texte intégral où l’auteur explique son système :

XLV. [5] De quelle manière, en effet, délibérer sur le secours qu’il faut envoyer, si on ne connaît pas où se trouvent les ennemie et en quel nombre ? Comment avoir confiance en ses forces ou ne pas y compter, si on ne sait combien de vaisseaux ou de vivres sont venus de la part des alliés ?Un dernier système, imaginé par Cléomène et par Démocrite, et perfectionné par nous, a le mérite de la précision, et est propre à fournir tous les renseignements utiles, mais il exige des opérateurs la plus scrupuleuse attention. [7] Le voici. On prend l’alphabet tout entier, qu’on divise ensuite en cinq classes, renfermant chacune cinq lettres, ou, pour parler plus exactement, la dernière classe n’en aura que quatre. Mais cette différence n’offre aucun inconvénient. [8] Ceux qui sont chargés d’établir les signaux ont soin de préparer cinq tablettes et d’écrire sur chacune d’elle une partie des lettres. [9] De plus, il est convenu que le poste qui doit donner le signal élèvera d’abord deux fanaux, jusqu’à ce que l’autre réponde. [10] Cette première opération a pour but, de part et d’autre, d’avertir qu’on est prêt. [11] Ces fanaux baissés, on en élève d’autres d’abord à gauche, afin de marquer quelle tablette il faudra interroger; s’il s’agit de la première, on dresse un seul fanal ; [12] de la seconde, deux ; les fanaux s’élèvent ensuite à droite dans le même ordre, pour indiquer quelle lettre celui qui reçoit le signal est tenu d’inscrire.

Polybe, Histoires, X, XLV

Mathematikos en librairie !

Vous avez aimé les vidéos Arithm’Antique, vous adorerez le livre Mathematikos – Vies et découvertes des mathématiciens en Grèce et à Rome !
En une centaine de textes, d’Apollonius à Théon en passant par Euclide et Ptolémée, vous ne verrez plus les mathématiques de la même manière.
Qui a déjà lu l’énoncé original du théorème de Pythagore, qui sait qu’il existe un autre théorème qui porte le nom de Thalès, qui sait où trouver les anecdotes les plus fantasques sur Archimède ? Ce livre permet de donner la parole aux grands mathématiciens de l’Antiquité pour dissiper les mystères qui les entourent : Thalès qui tombe dans un puits, Archimède qui compte le nombre de grains de sable qu’il faudrait pour remplir l’univers, l’invention oubliée du zéro par Jamblique, la quadrature du cercle, le nombre d’or…
Cet ouvrage est le premier du genre en France. Accessible à celles et ceux qui sont allergiques aux mathématiques tout en étant passionnant pour les mathématiciens chevronnés, il présente les mathématiques de l’Antiquité gréco-romaine par ses textes, permettant de découvrir comment elles étaient pensées, formulées et rêvées. S’appuyant sur le fonds des Belles Lettres, le livre est enrichi par de nombreuses traductions inédites.