Archives de l’auteur : Antoine Houlou-Garcia

À propos Antoine Houlou-Garcia

Antoine Houlou-Garcia, a publié Métamorphoses de la poésie (La Cheminante, 2013) et Le monde est-il mathématique ? (Honoré Champion, 2015). Pour La vie des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres, il écrit, présente et réalise la chronique vidéo Arithm’Antique, qui lie mathématiques et antiquité.

La poésie des mathématiques


Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Contrairement aux idées reçues, les mathématiques et la poésie ont beaucoup de points communs. En marge de la publication du livre « Le compas et la lyre » coécrit avec Joanne Brueton et Bernard Randé, Antoine Houlou-Garcia vous parle de la métaphore en mathématiques.

Pour compléter la vidéo sur les liens entre poésie et mathématiques, voici deux citations extraites de l’ouvrage Le compas et la lyre – Regards croisés sur la poésie et les mathématiques. Dans son Discours préliminaire à l’Encyclopédie, d’Alembert expose toute la poétique de la création mathématique :

L’imagination dans un Géomètre qui crée, n’agit pas moins que dans un Poète qui invente. Il est vrai qu’ils opèrent différemment sur leur objet ; le premier le dépouille & l’analyse, le second le compose & l’embellit. Il est encore vrai que cette manière différente d’opérer n’appartient qu’à différentes sortes d’esprits ; & c’est pour cela que les talents du grand Géomètre & du grand Poète ne se trouveront peut-être jamais ensemble. Mais soit qu’ils s’excluent ou ne s’excluent pas l’un l’autre, ils ne sont nullement en droit de se mépriser réciproquement. De tous les grands hommes de l’antiquité, Archimède est peut-être celui qui mérite le plus d’être placé à côté d’Homère.

Discours préliminaire, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, texte établi par Diderot et d’Alembert, 1751 (Tome 1, p. i-xlv) ; orthographe modernisée.

Sophie Germain exprime dans ses Considérations générales sur l’état des sciences et des lettres le lien originel de la science et de la poésie :

Jeté sur la terre au milieu de l’immensité des choses, frappé à la fois par le spectacle d’une infinité de merveilles, l’homme n’a rien trouvé au dehors de lui de plus merveilleux que lui-même. Il a étendu son existence sur tout ce qui l’environnait. Son individualité lui a d’abord été connue ; cherchant partout sa propre image il a personnifié les êtres inanimés, les êtres intellectuels, enfants de son imagination. Ceux-ci ont présidé à tous les actes et à tous les phénomènes de l’ordre naturel. Ainsi se manifestaient déjà, à cette première époque de la culture intellectuelle, le sentiment profond d’un lien commun entre tous les êtres, et celui d’un type universel empreint dans l’intelligence humaine pour lui servir de modèle.

Les sciences n’existaient pas encore ; mais le besoin d’expliquer s’était fait sentir. La première des littératures fut poétique. Ce qui tenait lieu des sciences physiques n’était pas moins poétique que la littérature elle-même ; ou plutôt ces deux branches du savoir, tellement séparées aujourd’hui qu’il faut de la sagacité pour remarquer ce qu’elles ont de commun, étaient dans ces premiers temps entièrement confondues. Qu’importait, en effet, à l’égard du caractère de la composition, que le sujet fût l’homme lui-même, ou quelqu’un des dieux, demi-dieux, ou génies qu’il avait dotés de l’intelligence et des passions humaines ? Des êtres si pareils pouvaient même agir de concert, sans nuire à l’homogénéité d’invention ; le merveilleux les unissait.

« Comment les sciences et les lettres sont dominées par un sentiment qui leur est commun », premier chapitre de Considérations générales sur l’état des sciences et des lettres, in Œuvres philosophiques de Sophie Germain, librairie de Firmin-Didot et Cie, 1896, p. 92-93

La véritable histoire d’Hypatie

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

La mathématicienne Hypatie a été lynchée à l’aube du Ve siècle. Quelles sont les raisons et les sources historiques sur cet événement ? Qui était Hypatie et que sait-on d’elle ? Antoine Houlou-Garcia vous raconte son histoire.

Pour compléter la vidéo, voici les deux chapitres les plus importants pour comprendre la mort d’Hypatie dans le livre VI de l’Histoire de l’Eglise de Socrate le Scolastique (parfois appelé Socrate de Constantinople). On y apprend notamment qu’Oreste était chrétien, ce qui ne l’a pas empêché de s’opposer à l’évêque Cyrille, préfigurant toutes les luttes médiévales entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel…

CHAPITRE XIV. Sédition excitée par des Moines contre le Gouverneur d’Alexandrie.

Quelques Moines des montagnes de Nitrie, qui avaient été autrefois animés pat Théophile contre Dioscore, et ses trois frères, étant alors transportés par un zèle trop ardent, prirent les armes pour la défense de Cyrille. Etant sortis de leur solitude, au nombre d’environ cinq cents, ils allèrent dans Alexandrie, et ayant rencontré le Gouverneur Oreste, que l’on portait dans sa chaise, ils l’appelèrent Païen et Idolâtre. Ce Gouverneur jugeant que c’était un piège qui lui avait été dressé par Cyrille, s’écria qu’il était Chrétien, et qu’il avait été baptisé à Constantinople par Atticus. Les Moines faisant peu d’attention à ses paroles, un d’entre eux, nommé Ammonius, le blessa d’un coup de pierre à la tête, et le mit tout en sang. Ses Gardes appréhendant d’être lapidés, s’enfuirent de côté et d’autre; le peuple accourut au secours du Gouverneur, écarta les Moines, se saisit d’Ammonius, et le mit entre les mains du Gouverneur, qui le fit tourmenter avec tant de violence qu’il en mourut. Il écrivit eu même temps aux Empereurs tout ce qui s’était passé. Cyrille leur écrivit aussi, et leur fit une relation fort différente de la sienne. Ayant redemandé le corps d’Ammonius, il le fit enterrer dans une Église, lui donna le nom de Thaumase, et le loua dans ses Sermons comme un Martyr qui avait perdu la vie pour la défense de la piété. Cette action de Cyrille ne fut pas approuvée par tous les Chrétiens, qui savaient qu’Ammonius, bien loin d’avoir perdu la vie pour la foi, n’avait souffert que le juste châtiment de son insolence. Aussi Cyrille s’efforça-t-il d’en ensevelir peu à peu la mémoire dans l’oubli. Mais son inimitié contre Oreste, bien loin de s’assoupir se réveilla par un nouvel accident.

CHAPITRE XV. Mort de la savante Hypatie.

Il y avait dans Alexandrie une femme nommée Hypatie, fille du Philosophe Théon, qui avait fait un si grand progrès dans les sciences qu’elle surpassait tous les Philosophes de son temps, et enseignait dans l’école de Platon et de Plotin, un nombre presque infini de personnes, qui accouraient en foule pour l’écouter. La réputation que sa capacité lui avait acquise, lui donnait la liberté de paraître souvent devant les Juges, ce qu’el/e faisait toujours, sans perdre la pudeur, ni la modestie, qui lui attiraient le respect de tout le monde. Sa vertu, toute élevée qu’elle était, ne se trouva pas au dessus de l’envie. Mais parce qu’elle avait amitié particulière avec Oreste, elle fut accusée d’empêcher qu’il ne se réconciliât avec Cyrille. Quelques personnes transportées d’un zèle trop ardent, qui avaient pour chef un Lecteur nommé Pierre, l’attendirent un jour dans les rues, et l’ayant tirée de sa chaise, la menèrent à l’Eglise nommée Césaréon, la dépouiIIèrent, et la tuèrent à coups de pots cassés. Après cela ils hachèrent son corps en pièces, et les brûlèrent dans un lieu appelé Cinaron. Une exécution aussi inhumaine que celle-là couvrit d’infamie non seulement Cyrille, mais toute l’Eglise d’Alexandrie, étant certain qu’il n’y a rien si éloigné de l’esprit du Christianisme que le meurtre et les combats. Cela arriva au mois de Mars durant le Carême, en la quatrième année du Pontificat de Cyrille, sous le dixième Consulat d’Honorius, et le sixième de Théodose.

Les chiffres grecs

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Après une vidéo sur les chiffres romains, c’est au tour des chiffres grecs ! Des chiffres et des lettres puisque les Grecs utilisaient leur alphabet (et trois signes supplémentaires) pour désigner leurs nombres.

En complément à la vidéo sur les chiffres grecs, voici la table qui vous permettra d’écrire votre date de naissance sans difficulté !

         Unités

αʹ         1          alpha

βʹ         2          bêta

γʹ         3          gamma

δʹ         4          delta

εʹ         5          epsilon

ϝʹ / ϛʹ    6          digamma

ζʹ         7          dzêta

ηʹ         8          êta

θʹ         9          thêta

         Dizaines

ιʹ          10        iota

κʹ         20        kappa

λʹ         30        lambda

μʹ         40        mu

νʹ         50        nu

ξʹ         60        ksi

οʹ         70        omicron

πʹ         80        pi

ϟ ʹ        90        koppa

        Centaines

ρʹ         100      rhô

σʹ         200      sigma

τʹ         300      tau

υʹ         400      upsilon

φʹ         500      phi

χʹ         600      khi

ψʹ        700      psi

ωʹ        800      oméga

ϡʹ         900      sampi