Archives de catégorie : Billets

La véritable histoire d’Hypatie

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

La mathématicienne Hypatie a été lynchée à l’aube du Ve siècle. Quelles sont les raisons et les sources historiques sur cet événement ? Qui était Hypatie et que sait-on d’elle ? Antoine Houlou-Garcia vous raconte son histoire.

Pour compléter la vidéo, voici les deux chapitres les plus importants pour comprendre la mort d’Hypatie dans le livre VI de l’Histoire de l’Eglise de Socrate le Scolastique (parfois appelé Socrate de Constantinople). On y apprend notamment qu’Oreste était chrétien, ce qui ne l’a pas empêché de s’opposer à l’évêque Cyrille, préfigurant toutes les luttes médiévales entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel…

CHAPITRE XIV. Sédition excitée par des Moines contre le Gouverneur d’Alexandrie.

Quelques Moines des montagnes de Nitrie, qui avaient été autrefois animés pat Théophile contre Dioscore, et ses trois frères, étant alors transportés par un zèle trop ardent, prirent les armes pour la défense de Cyrille. Etant sortis de leur solitude, au nombre d’environ cinq cents, ils allèrent dans Alexandrie, et ayant rencontré le Gouverneur Oreste, que l’on portait dans sa chaise, ils l’appelèrent Païen et Idolâtre. Ce Gouverneur jugeant que c’était un piège qui lui avait été dressé par Cyrille, s’écria qu’il était Chrétien, et qu’il avait été baptisé à Constantinople par Atticus. Les Moines faisant peu d’attention à ses paroles, un d’entre eux, nommé Ammonius, le blessa d’un coup de pierre à la tête, et le mit tout en sang. Ses Gardes appréhendant d’être lapidés, s’enfuirent de côté et d’autre; le peuple accourut au secours du Gouverneur, écarta les Moines, se saisit d’Ammonius, et le mit entre les mains du Gouverneur, qui le fit tourmenter avec tant de violence qu’il en mourut. Il écrivit eu même temps aux Empereurs tout ce qui s’était passé. Cyrille leur écrivit aussi, et leur fit une relation fort différente de la sienne. Ayant redemandé le corps d’Ammonius, il le fit enterrer dans une Église, lui donna le nom de Thaumase, et le loua dans ses Sermons comme un Martyr qui avait perdu la vie pour la défense de la piété. Cette action de Cyrille ne fut pas approuvée par tous les Chrétiens, qui savaient qu’Ammonius, bien loin d’avoir perdu la vie pour la foi, n’avait souffert que le juste châtiment de son insolence. Aussi Cyrille s’efforça-t-il d’en ensevelir peu à peu la mémoire dans l’oubli. Mais son inimitié contre Oreste, bien loin de s’assoupir se réveilla par un nouvel accident.

CHAPITRE XV. Mort de la savante Hypatie.

Il y avait dans Alexandrie une femme nommée Hypatie, fille du Philosophe Théon, qui avait fait un si grand progrès dans les sciences qu’elle surpassait tous les Philosophes de son temps, et enseignait dans l’école de Platon et de Plotin, un nombre presque infini de personnes, qui accouraient en foule pour l’écouter. La réputation que sa capacité lui avait acquise, lui donnait la liberté de paraître souvent devant les Juges, ce qu’el/e faisait toujours, sans perdre la pudeur, ni la modestie, qui lui attiraient le respect de tout le monde. Sa vertu, toute élevée qu’elle était, ne se trouva pas au dessus de l’envie. Mais parce qu’elle avait amitié particulière avec Oreste, elle fut accusée d’empêcher qu’il ne se réconciliât avec Cyrille. Quelques personnes transportées d’un zèle trop ardent, qui avaient pour chef un Lecteur nommé Pierre, l’attendirent un jour dans les rues, et l’ayant tirée de sa chaise, la menèrent à l’Eglise nommée Césaréon, la dépouiIIèrent, et la tuèrent à coups de pots cassés. Après cela ils hachèrent son corps en pièces, et les brûlèrent dans un lieu appelé Cinaron. Une exécution aussi inhumaine que celle-là couvrit d’infamie non seulement Cyrille, mais toute l’Eglise d’Alexandrie, étant certain qu’il n’y a rien si éloigné de l’esprit du Christianisme que le meurtre et les combats. Cela arriva au mois de Mars durant le Carême, en la quatrième année du Pontificat de Cyrille, sous le dixième Consulat d’Honorius, et le sixième de Théodose.

Les chiffres grecs

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Après une vidéo sur les chiffres romains, c’est au tour des chiffres grecs ! Des chiffres et des lettres puisque les Grecs utilisaient leur alphabet (et trois signes supplémentaires) pour désigner leurs nombres.

En complément à la vidéo sur les chiffres grecs, voici la table qui vous permettra d’écrire votre date de naissance sans difficulté !

         Unités

αʹ         1          alpha

βʹ         2          bêta

γʹ         3          gamma

δʹ         4          delta

εʹ         5          epsilon

ϝʹ / ϛʹ    6          digamma

ζʹ         7          dzêta

ηʹ         8          êta

θʹ         9          thêta

         Dizaines

ιʹ          10        iota

κʹ         20        kappa

λʹ         30        lambda

μʹ         40        mu

νʹ         50        nu

ξʹ         60        ksi

οʹ         70        omicron

πʹ         80        pi

ϟ ʹ        90        koppa

        Centaines

ρʹ         100      rhô

σʹ         200      sigma

τʹ         300      tau

υʹ         400      upsilon

φʹ         500      phi

χʹ         600      khi

ψʹ        700      psi

ωʹ        800      oméga

ϡʹ         900      sampi

Les chiffres romains

Article et vidéo initialement publiés sur  La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Vous connaissez peut-être les chiffres romains mais vous ignorez surement les raisons du choix de certaines lettres : V pour 5, X pour 10, L pour 50 etc. Antoine Houlou-Garcia vous révèle l’origine de ces notations.

Pour compléter la vidéo sur les chiffres romains, voici la manière de compter (très loin) :

Unités

I                      1

II                     2

III                   3

IV                   4

V                     5

VI                   6

VII                  7

VIII                8

IX                   9

Dizaines

X                     10

XX                  20

XXX               30

XL                  40

L                     50

LX                  60

LXX               70

LXXX            80

XC                  90

Centaines

C                     100

CC                  200

CCC               300

CD                  400

D                     500

DC                  600

DCC               700

DCCC            800

CM                 900

Au -delà, on utilisait M pour 1 000 puis  on reprenait les symboles V, X, L, C, D et M surmontés d’une barre horizontale pour 5 000, 1 0000 etc. jusqu’à 1 000 000.

Le prochain épisode s’attachera à la numération grecque !