Archives par étiquette : Mathématiques

La véritable histoire d’Hypatie

Article et vidéo initialement publiés sur La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

La mathématicienne Hypatie a été lynchée à l’aube du Ve siècle. Quelles sont les raisons et les sources historiques sur cet événement ? Qui était Hypatie et que sait-on d’elle ? Antoine Houlou-Garcia vous raconte son histoire.

Pour compléter la vidéo, voici les deux chapitres les plus importants pour comprendre la mort d’Hypatie dans le livre VI de l’Histoire de l’Eglise de Socrate le Scolastique (parfois appelé Socrate de Constantinople). On y apprend notamment qu’Oreste était chrétien, ce qui ne l’a pas empêché de s’opposer à l’évêque Cyrille, préfigurant toutes les luttes médiévales entre pouvoir spirituel et pouvoir temporel…

CHAPITRE XIV. Sédition excitée par des Moines contre le Gouverneur d’Alexandrie.

Quelques Moines des montagnes de Nitrie, qui avaient été autrefois animés pat Théophile contre Dioscore, et ses trois frères, étant alors transportés par un zèle trop ardent, prirent les armes pour la défense de Cyrille. Etant sortis de leur solitude, au nombre d’environ cinq cents, ils allèrent dans Alexandrie, et ayant rencontré le Gouverneur Oreste, que l’on portait dans sa chaise, ils l’appelèrent Païen et Idolâtre. Ce Gouverneur jugeant que c’était un piège qui lui avait été dressé par Cyrille, s’écria qu’il était Chrétien, et qu’il avait été baptisé à Constantinople par Atticus. Les Moines faisant peu d’attention à ses paroles, un d’entre eux, nommé Ammonius, le blessa d’un coup de pierre à la tête, et le mit tout en sang. Ses Gardes appréhendant d’être lapidés, s’enfuirent de côté et d’autre; le peuple accourut au secours du Gouverneur, écarta les Moines, se saisit d’Ammonius, et le mit entre les mains du Gouverneur, qui le fit tourmenter avec tant de violence qu’il en mourut. Il écrivit eu même temps aux Empereurs tout ce qui s’était passé. Cyrille leur écrivit aussi, et leur fit une relation fort différente de la sienne. Ayant redemandé le corps d’Ammonius, il le fit enterrer dans une Église, lui donna le nom de Thaumase, et le loua dans ses Sermons comme un Martyr qui avait perdu la vie pour la défense de la piété. Cette action de Cyrille ne fut pas approuvée par tous les Chrétiens, qui savaient qu’Ammonius, bien loin d’avoir perdu la vie pour la foi, n’avait souffert que le juste châtiment de son insolence. Aussi Cyrille s’efforça-t-il d’en ensevelir peu à peu la mémoire dans l’oubli. Mais son inimitié contre Oreste, bien loin de s’assoupir se réveilla par un nouvel accident.

CHAPITRE XV. Mort de la savante Hypatie.

Il y avait dans Alexandrie une femme nommée Hypatie, fille du Philosophe Théon, qui avait fait un si grand progrès dans les sciences qu’elle surpassait tous les Philosophes de son temps, et enseignait dans l’école de Platon et de Plotin, un nombre presque infini de personnes, qui accouraient en foule pour l’écouter. La réputation que sa capacité lui avait acquise, lui donnait la liberté de paraître souvent devant les Juges, ce qu’el/e faisait toujours, sans perdre la pudeur, ni la modestie, qui lui attiraient le respect de tout le monde. Sa vertu, toute élevée qu’elle était, ne se trouva pas au dessus de l’envie. Mais parce qu’elle avait amitié particulière avec Oreste, elle fut accusée d’empêcher qu’il ne se réconciliât avec Cyrille. Quelques personnes transportées d’un zèle trop ardent, qui avaient pour chef un Lecteur nommé Pierre, l’attendirent un jour dans les rues, et l’ayant tirée de sa chaise, la menèrent à l’Eglise nommée Césaréon, la dépouiIIèrent, et la tuèrent à coups de pots cassés. Après cela ils hachèrent son corps en pièces, et les brûlèrent dans un lieu appelé Cinaron. Une exécution aussi inhumaine que celle-là couvrit d’infamie non seulement Cyrille, mais toute l’Eglise d’Alexandrie, étant certain qu’il n’y a rien si éloigné de l’esprit du Christianisme que le meurtre et les combats. Cela arriva au mois de Mars durant le Carême, en la quatrième année du Pontificat de Cyrille, sous le dixième Consulat d’Honorius, et le sixième de Théodose.

Les maths, ça sert à rien !

Article et vidéo initialement publiés sur  La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

À quoi ça sert les maths ? A rien ? Mais alors pourquoi en faire ? Pour apprendre à vivre ensemble…

Comme on le voit dans la vidéo, l’apprentissage des mathématiques peut être justifié, non par des raisons utilitaires, mais pour nous apprendre le vivre ensemble. Par ailleurs, le plaisir qu’on y prend est un autre argument que nous rappelle Aristote. Ce plaisir est celui de la vérité : 

« Pourquoi n’éprouvons-nous pas de plaisir à constater que le triangle a ses angles intérieurs égaux à deux droits ni à l’espérer, pas plus que pour d’autres faits du même genre, sinon le plaisir de la spéculation, laquelle serait tout aussi agréable même si le triangle avait des angles égaux à trois droits ou davantage, et pourquoi au contraire avons-nous plaisir à nous souvenir d’une victoire à Olympie ou de la bataille navale de Salamine et à espérer de tels succès, ce qui ne se produit pas pour les faits contraires à ceux-là ? Est-ce parce que, à propos des événements en question, nous nous réjouissons qu’ils aient eu lieu ou qu’ils soient en train de se produire, alors que, pour les choses qui viennent de la nature, il nous suffit d’avoir le plaisir de constater que, telles qu’elles sont, elles sont conformes à la vérité, et quand il s’agit de nos propres actions n’est-ce pas le plaisir qui en résulte qui nous importe ? »

Problèmes, XXX, 7

Pour la vidéo de Scienticfiz, c’est par là : https://www.youtube.com/watch?v=4r3yYl2wZV0

Pythagore et les forgerons

Article et vidéo initialement publiés sur  La Vie Des Classiques, le portail dédié aux humanités des éditions Les Belles Lettres.

Pythagore se promenait un jour près d’une forge, et il comprit soudain les mathématiques de l’harmonie…

Pour compléter la vidéo, voici la récit que fait Macrobe de la découverte des rapports harmonieux par Pythagore dans son Commentaire au Songe de Scipion :

Comme il passait par hasard dans la rue devant des forgerons battant le fer incandescent, les sons des marteaux qui se répondaient en ordre précis frappèrent tout à coup ses oreilles ; les aigus s’y harmonisaient si bien aux graves que les uns et les autres revenaient affecter la perception de l’auditeur en respectant un intervalle fixe, et que, de ces coups variés, naissait une harmonie unique. Comprenant l’occasion qui s’offrait à lui, Pythagore saisit grâce à la vue et au toucher ce qu’il cherchait depuis longtemps par la réflexion. Il s’approche des forgerons et se penche sur leur travail qu’il observe avec un intérêt particulier, attentif aux sons produits par le bras de chaque ouvrier. Dans l’idée qu’ils étaient fonction de la force des hommes qui frappaient, il leur fait échanger leurs marteaux. Une fois l’échange accompli, la diversité des sons, indépendante des hommes, correspondait aux marteaux. Alors il mit tout son soin à en évaluer le poids, et après avoir noté la différence de poids qui caractérisait chacun il fit fabriquer des marteaux de poids différents, en plus ou en moins ; les sons produits par leurs coups ne ressemblaient en rien à ceux d’avant et ne s’accordaient plus aussi bien. Il constata alors que l’harmonie sonore était réglée par les poids, et après avoir relevé les nombres qui définissaient la diversité bien accordée de ces poids, il passa des marteaux à l’examen des instruments à cordes : il tendit des boyaux de mouton ou des nerfs de bœuf en y attachant des poids aussi variés que ceux qu’il avait découverts à propos des marteaux, et il en résulta bien le genre d’accord que lui avait fait espérer son observation antérieure, à laquelle il ne s’était pas livré pour rien ; s’y ajoutait la douceur conférée par la sonorité naturelle de l’instrument. Alors Pythagore, en possession de ce considérable secret, détermina les nombres dont naissaient les sons d’un accord : usant d’un instrument à cordes dont la structure se conformait à ces lois numériques, il fit en sorte que des cordes déterminées fussent tendues selon des nombres déterminés et d’ autres selon d’ autres nombres , en respectant l’accord des nombres régissant l’harmonie, si bien que, quand une corde unique était frappée par le plectre, une autre, qui pouvait être placée à distance mais s’accordait numériquement avec elle, résonnait du même coup.

Commentaire au songe de Scipion, II, 1, 9-13